<$BlogRSDURL$>

mercredi, mai 08, 2002

désormais,
j'habite ici

mardi, mai 07, 2002

LE BLOG PRESIDENTIEL EST MORT,
VIVE LE BLOG!!

et parce que le monde ne s'arrête pas, parce que j'y ai pris goût (les salauds! ils m'ont eue!),

parce que j'aimerais parler plus de Pim Fortuyn ou des législatives, mais également de choses plus triviales (ben oui!)

et parce qu'au pays des blogs tout le monde est si gentils...

alors je reviendrai,
demain si vous le voulez bien,
avec un nouveau décor.

lundi, mai 06, 2002

Ouf!
même si je savais que Le Pen n'allait jamais être élu, je l'avoue, dans les derniers instants, j'ai douté. oui, au sens biblique du terme.
il faut dire qu'au lieu d'être scotchée devant TF1, je m'étais promenée toute l'après-midi dans les délicieux jardins de Kew. les clochettes, le bois qui craque sous le vent, tout ça m'avait fait oublier un instant l'enjeu des élections. Ah oui! d'autant plus que je comptais sur mon mandataire pour voter pour moi, malheureusement j'ai appris à la dernière minute que bien que le mandataire ait reçu ma procuration, la mairie ne l'avait pas. sûrement quelque part à jouer les tapis de souris.

bref. donc je m'étais dit, "tranquille, je vais voir la grosse fleur qui pue et je rentre à 19h pile pour les résultats" (et oui, une heure de décalage).
je n'avais pas compté sur les retards de train, si bien que je me suis retrouvée à 19h pile à la sortie de métro, avec 10mn de course échevelée devant moi.

j'ai donc commencé à courir. va savoir pourquoi, à défaut d'avoir pu voter, je me suis dit qu'au moins je pouvais être à l'heure pour les résultats. comme je n'avait même pas réussi à être à l'heure, et bien j'allais courir. oui c'est ça, courir pour la france.
j'ai donc couru très vite. comme je n'avais rien mangé de la journée, la tête commençait à me tourner, mais toujours plus vite les dalles inégales défilaient sous mes pas.
voilà, c'est ma faute, parce que je ne suis pas arrivée à temps pour les résultats, Le Pen est élu, la guerre civile a commencé. et moi je cours dans cette banlieue déserte. les premiers coups de feu sont tirés, ils emportent ma mère loin de sa maison, mes amis se font tirer comme des lapins. ah! mais moi je cours! en rentrant, je vais m'habiller tout de noir, avec plein de khol et de rimmel, et je serais très belle devant l'ambassade, et tous les français de londres se joindront à moi et nous prendrons les armes. je n'aurais jamais dû arriver en retard. je suis toujours en retard. tout est de ma faute.

maintenant je marche très doucement. tout est très calme, c'est normal, avant la tempête. combien de temps va-t-elle prendre pour voyager des côtes françaises jusqu'ici? ah! je vois le vent qui se lève. je pleure d'épuisement.

en rentrant, je claque la porte sur mon flatmate et ses potes hippies. l'instant d'une seconde, le temps de penser "hippies bien sûr. de la philosophie, ils n'auront retenu que les ecstas. pour le reste, ils s'exclameront devant la télé "i don't know anything about french politics, but at least, jean-marie lepen says out loud what everybody really thinks!" ..."dis tout haut ce que les français pensent tout bas..." mais c'est qu'il aurait pu être chef de campagne dans les années 80 ce gaillard!"

je suis dans ma chambre. Europe 1. les journalistes ne hurlent pas?
c'est bon.
c'est bon.
c'est bon.




dimanche, mai 05, 2002

estimation 20h: Chirac 82,5% - Le Pen 17,5%

This page is powered by Blogger. Isn't yours?